7 habitudes simples à prendre pour être plus heureuse

0
woman-570883_1920

Parce que le bonheur en couple commence par le bonheur avec soi-même, voici quelques habitudes toutes simples à pratiquer au quotidien qui devraient vous rendre plus heureuse selon l’auteure Meg Selig. 

Par Alexandra Roy

Prendre une grande respiration

Le simple fait de prendre une grande respiration contribuerait à vous faire sentir mieux et plus détendue selon les psychologues.

Déclencher un sentiment de gratitude envers quelque chose

Trouvez quelque chose dans votre journée qui contribue à vous faire ressentir de la gratitude. Cela peut être un bon repas que vous savourez, un joli animal que vous apercevez, le simple fait d’être en vie et en santé et laissez la gratitude vous envahir. Éprouver ce sentiment et prendre le temps d’apprécier les petites choses de la vie rendent plus heureux.

Apprécier le fait que rien de négatif ne vous soit arrivé

Dans le même ordre d’idée, prenez du temps pour apprécier quelque chose de négatif qui ne s’est pas produit pendant votre journée. Par exemple, aucun membre de votre famille n’est tombé malade, vous n’avez pas perdu votre emploi, etc. Cet exercice rehausse les sentiments de gratitude et de reconnaissance, qui sont directement liés au bonheur.

Sourire

Le simple fait de sourire délibérément (pour aucune raison) contribue à augmenter la sérotonine et le nombre d’endorphines qui sont sécrétées dans votre cerveau et donc contribue à augmenter votre dose de plaisir.

Étiqueter vos sentiments négatifs

L’exercice tout simple de reconnaître et de mettre un mot sur comment vous vous sentez, par exemple, frustrée, triste, intimidée ou effrayée, permet de vous faire sentir mieux, selon les psychologues. Au lieu d’être en mode émotionnel et de ressentir ces émotions, votre cerveau se met en mode « pensée » et vous permet d’éprouver moins de douleur et d’être plus en contrôle sur ces sentiments.

Trouver quelque chose de positif dans un événement négatif

Lorsque vous rencontrez un obstacle, entrevoyez celui-ci comme un défi au lieu d’un échec. Cet exercice prend environ 5 secondes. Prenez 25 autres secondes pour penser à comment vous allez vous en servir pour accomplir quelque chose de mieux et rebondir.

Mettre une photo de vos bons souvenirs sur votre bureau

Mettez une photo de voyage, de famille ou de couple sur votre bureau (d’ordi ou de maison) et prenez quelques secondes pendant votre journée pour la contempler et vous rappeler à quel point vous étiez heureuse lorsque vous étiez avec ces personnes ou à cet endroit.

 

 

 

Pourquoi trop analyser n’est pas bon?

0
couple-1502610_1920

Cela vous est sûrement déjà arrivé. Vous flashez sur un gars et vous vous demandez s’il est intéressé et espérez qu’il le soit. Dans une tentative de déterminer si oui ou non il l’est, vous vous mettez à analyser absolument tout, mais tout ce qu’il dit, écrit ou fait. Chaque lettre, espace, signe de ponctuation et émoticône de ses courriels, chaque délai entre les messages qu’il vous envoie, chaque regard, chaque pas, chaque geste. Les filles, voici pourquoi cela ne sert à rien de trop analyser les gars !

Par Alexandra Roy

Parce qu’ils ne pensent pas comme nous

Le cerveau des gars n’est pas programmé comme le nôtre. C’est prouvé scientifiquement; ils ne sont pas autant émotionnels que nous et beaucoup plus pragmatiques.

La preuve : avez-vous déjà remarqué que pour 10 lignes que vous lui écrivez, il vous en répondra en général une seule ou trois mots. Ou genre : OK. Ou encore, lorsque vous lui posez quatre questions dans un même courriel, et qu’il ne vous répond qu’à une seule. La raison est simple: les gars n’analysent pas autant que nous et n’aiment pas se casser la tête.

Par conséquent, les chances que ses messages contiennent des codes secrets sont minces. Morale de l’histoire : il ne faut pas voir au-delà du message qu’il vous envoie. Pour savoir si un gars est vraiment intéressé, c’est simple, lisez cet article.

Parce que c’est épuisant et que vous tournez en rond

OK, après des heures d’analyse, vous en êtes venue à la conclusion, appuyée par vos amies à qui vous avez cassé la tête avec la phrase: «penses-tu qu’il est intéressé ?» que peut-être qu’il l’est, justement.

Et après ? Vous n’êtes pas plus avancée, car ce ne sont là que des suppositions. Comme on dit: avec des si, on ne va pas bien loin. Au lieu d’analyser chacun de ses faits et gestes et de retourner la question dans tous les sens, pourquoi ne pas lui demander, tout simplement, si vous doutez de ses sentiments et de ses intentions à votre égard ?

Normalement, lorsque vous demandez franchement à un gars ce qu’il pense, les chances sont qu’il vous dira la vérité, qu’elle vous plaise ou non. Et dites-vous que le pire qu’il puisse arriver, c’est qu’il vous dise qu’il ne partage pas vos sentiments. Et puis après ? Au moins, vous cesserez de vivre dans l’illusion et vous pourrez passer à autre chose en toute quiétude.

Par ailleurs, normalement, les signes qu’un gars est intéressé sont évidents et vous n’avez pas à vous le demander. Certains gars peuvent être plus discrets que d’autres et avoir du mal à vous l’avouer, mais en général, lorsque vous plaisez à un gars, ne vous inquiétez pas, il s’organisera pour vous le faire savoir.

Parce que vous ne vivez pas le moment présent  

Une autre raison pour laquelle trop analyser en amour n’est pas bon est que pendant que vous perdez votre temps à décortiquer les signes de ponctuation de votre jules, vous ne vivez pas le moment présent et ratez plein d’opportunités de vivre des instants magiques avec vos proches.

En effet, pendant que votre esprit est accaparé par vos pensées analytiques, vous n’êtes pas en mesure de vivre pleinement les émotions que vous seriez normalement censée ressentir en vous concentrant sur le présent et non sur le passé ou le futur.

Parce que vous vous causez du tort pour rien

Souvent, lorsqu’on analyse trop, c’est en vue de trouver des poux là où il n’y en a pas. Par exemple : «s’il ne m’a pas appelée, c’est qu’il ne m’aime plus ou n’est pas intéressé.»

Or, cela ne veut pas nécessairement dire que c’est le cas. Par conséquent, tant que vous ne serez pas assurée que c’est le cas, c’est-à-dire en ayant une preuve concrète – il vous le dit ou vous le fait savoir clairement –, cela ne sert à rien de vous faire des idées négatives et de vous torturer mentalement.

En attendant de le savoir, faites autre chose et amusez-vous, au lieu de vous casser la tête, car lui, c’est probablement ce qu’il est en train de faire.

Parce que vous vivez dans le rêve

À l’inverse, se faire des idées trop positives en interprétant chacun de ses signes comme un indice d’intérêt peut aussi vous faire du tort, car le retour à la réalité risque d’être brutal, s’il avère qu’il ne partage pas les mêmes sentiments que vous.

La raison est simple : lorsque nous rencontrons quelqu’un qui nous plait, nous voulons que ce soit the one ; par conséquent, nous avons tendance à l’idéaliser, l’auréoler et voir des signes là où il n’y en a pas.

L’idée est de ne pas vous casser la tête à analyser chacun de ses faits et gestes, de vivre le moment présent, de vous baser sur des faits et non sur des suppositions et d’attendre d’être certaine de quelque chose avant de sauter aux conclusions, qu’elles soient positives ou négatives.

En agissant de la sorte, vous aurez moins de chances d’être déçue et serez mieux en mesure d’apprécier les bons moments que vous vivrez en compagnie de vos proches.

 

 

 

 

 

S’il vous trompe, c’est qu’il ne vous a jamais aimée

0
couple-1502624_1920

Je lisais ce matin cet article de Your Tango, un site que j’apprécie particulièrement pour la qualité de son contenu, et c’est ce que l’auteure affirmait. Que quand on aimait quelqu’un, on n’avait pas envie de le tromper. Avant de vous demander ce que vous en pensez, je vais vous résumer sa théorie en une ligne. En gros, ce qu’elle dit, c’est que lorsqu’on est infidèle envers quelqu’un, c’est parce qu’on ne l’a jamais aimé. Point final.

Par Alexandra Roy

Dans son article, l’auteure affirme que l’amour est composé de plusieurs éléments et que lorsqu’on aime quelqu’un, on le respecte d’abord et avant tout. On le soutient quand ça va mal, l’encourage lorsqu’il fait un bon coup, prend soin de lui quand il est malade et entrevoit le futur avec lui comme un partenariat. Pour elle, être infidèle équivaut à dire que tout ce que l’on a construit au fil des ans n’était qu’un mensonge et ne valait rien. Pour elle, être déloyal, c’est se moquer de ce qu’une fois, «on a osé appeler de l’amour».

Bien qu’elle ait de bons points – il s’agit effectivement d’une trahison envers ce que l’on a construit et l’engagement que l’on a pris envers l’autre et, dans certains cas, je suis certaine que sa thèse s’avère fondée, dépendant du type d’individu –, je ne suis pas d’accord avec le fait que lorsqu’on trompe quelqu’un, c’est systématiquement parce qu’on ne l’a jamais aimé.

L’infidélité pour combler un manque

Je pense qu’on peut aimer quelqu’un pendant plusieurs années et vivre le parfait (ou presque) amour, mais que pour plusieurs raisons et facteurs, les deux partenaires peuvent évoluer dans des directions différentes et, à un certain point, ne plus ressentir autant d’amour et d’attirance l’un envers l’autre.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils n’en ont jamais ressenti, mais plutôt que les choses ont évolué et que les partenaires ont changé.

Une autre raison qui peut expliquer pourquoi on trompe quelqu’un, et c’est l’une des plus probables et populaires, selon les psychologues et les spécialistes des relations de couple, c’est qu’on cherche à combler un manque. Celui-ci peut être d’ordre affectif, psychologique, émotionnel ou physique ou être constitué de plusieurs de ces éléments, mais c’est généralement ce qui pousse les gens à être infidèles, la plupart du temps.

On peut donc éprouver de l’amour envers une personne et être quand même tenté d’aller voir ailleurs pour combler ce manque. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’on n’aime pas l’autre, mais plutôt qu’il nous manque quelque chose qu’on ne pense pas être capable de trouver avec lui. Lorsqu’il est trop prononcé, ce manque peut conduire à la rupture.

Pourquoi les hommes sont infidèles ?

D’ailleurs, un autre article fort intéressant écrit par une ancienne escorte devenue spécialiste des relations amoureuses sur le même site pointe quatre principales raisons pourquoi les hommes sont infidèles envers leurs femmes.

Selon elle et son expérience, les trois quarts du temps, les hommes ne sont pas déloyaux envers leurs épouses parce qu’ils ne les aiment pas, mais plutôt parce qu’ils ne sont pas capables de communiquer efficacement leurs émotions et que lorsque quelque chose va mal ou manque dans la relation, au lieu d’affronter la situation et de communiquer leurs besoins, ils préfèrent fuir et tenter de combler ce manque en allant voir ailleurs.

Considérant que les hommes sont très différents des femmes en termes de communication, je pense que cela pourrait effectivement expliquer pourquoi certains d’entre eux sont tentés d’aller voir ailleurs. D’ailleurs, je crois que les femmes qui sont infidèles le font aussi pour combler un manque.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous d’accord avec le fait que lorsqu’on trompe quelqu’un, c’est parce qu’on ne l’a jamais aimé ?

 

Célibataire à la Saint-Valentin? So What!

0
couple21

Je connais des filles pour qui être célibataire à la Saint-Valentin est une catastrophe. Ça l’a déjà été pour moi aussi, il y a plusieurs années. Maintenant, pour moi, être célibataire à la Saint-Valentin est comme être seule le reste des jours de l’année. Même que je trouve avantageux de l’être.

Par Alexandra Roy

Cela veut dire, de un, que je ne suis pas en couple avec la mauvaise personne, ce qui est déjà une excellente nouvelle en soi, et, de deux, que j’ai plus de temps à consacrer à mes projets et à mon bonheur personnel.

En effet, qui de mieux que soi-même pour se connaître et savoir ce qui nous rend heureux?

Choisir le bon partenaire

Plus, j’ai la possibilité de fréquenter plusieurs gars et de choisir celui qui me convient le mieux. N’est-ce pas merveilleux de pouvoir fréquenter des gars comme bon nous semble sans éprouver de remords parce que l’on est en couple et que l’on ne veut pas faire de peine à l’autre personne?

Vous me répondrez : lorsque l’on a trouvé la bonne personne, justement, on n’est pas tenté de regarder ailleurs. Peut-être, mais en attendant, je suis célibataire et j’ai l’impression d’en profiter à fond.

Pourquoi pleurer le fait d’être seule? A-t-on réellement besoin d’être en couple pour être heureux? Je me dis qu’une personne qui définit son bonheur sur le simple fait d’être en couple ou non ne l’est pas entièrement, et c’est ce que je trouve le plus triste.

Être bien avec soi-même

Que vous soyez seul ou en couple, le plus important, c’est d’être bien avoir soi-même. Je pense que c’est ça, ultimement, qui nous rend heureux. Plus le fait d’avoir trouvé la bonne personne, notre complément, un partenaire qui nous aide à évoluer et à devenir une meilleure personne.

Mais pour cela, il importe de prendre le temps de bien connaître l’autre pour s’assurer de faire le bon choix et ne pas se ruer sur le premier venu en vue d’être en couple à tout prix, dit le psychologue et auteur Yvon Dallaire. Je trouve que son affirmation fait du sens.

Alors, célibataire à la Saint-Valentin? So what! Prenez du temps pour vous et aussi de bien magasiner votre prochain Cupidon. Qui sait, il pourrait le rester pour le reste de votre vie!

Joyeuse Saint-Valentin à tous! <3

P.S. Je vous laisse sur cette citation qui m’a été transmise par Danieka, une de mes amies d’enfance. «Ce n’est pas tout le monde qui est célibataire qui est seul; ce n’est pas tout le monde qui est en couple qui est en amour.»

Pour moi, cela ne pourrait être plus vrai et représentatif du message que j’essaie de véhiculer.

Et vous, qu’en pensez-vous?

12734163_228191927513926_1259417515598565457_n

 

 

Pourquoi les femmes aiment-elles les bad boys?

1
couple19

Avec l’histoire des jeunes fugueuses de Laval qui tombent entre les griffes de proxénètes, on a récemment beaucoup parlé des mauvais garçons. Plusieurs se demandent, dont le chroniqueur Richard Martineau, qui en a fait le sujet de l’une de ses récentes chroniques, pourquoi les femmes ont un faible pour les bad boys.

Par Alexandra Roy

Pour les faire vibrer

Eh bien, ce n’est pas compliqué. Selon le psychologue et auteur Yvon Dallaire : «Les femmes ont un double agenda. Elles recherchent un bad boy pour les faire vibrer et un bon gars pour l’engagement et l’éducation de leurs enfants.»

Or, le problème, c’est qu’on ne peut avoir les deux. Pour être heureuses, les femmes doivent donc faire un choix, en l’occurrence opter pour le bon gars. Le défi d’un couple heureux, selon le spécialiste des relations amoureuses, est de briser la routine – inévitable dans toutes les unions – afin de maintenir la flamme entre les deux partenaires.

«Ce genre de femme-là (qui aime les bad boys) doit accepter une baisse d’intensité passionnelle pour accepter un peu plus de stabilité (en choisissant le bon gars). Cette dernière risque évidemment de devenir ennuyante et routinière, mais le défi d’un couple, c’est justement de garder un juste milieu entre l’intensité, qui ne peut pas durer éternellement, et une sécurité et une stabilité, qui risquent de devenir ennuyantes. On ne peut pas éviter la routine, mais on peut s’organiser pour la changer régulièrement pour entretenir un certain désir», dit-il.

La quête incessante de la passion

Les femmes – tout comme les hommes – sont à la recherche de papillons dans l’estomac, de cette flamme qui brûle et qui n’est jamais éternelle que l’on appelle la passion et qui fait en sorte que l’on croit aimer une personne sans même la connaître. On l’aime pour les fantasmes et les rêves qu’elle fait naître en nous, pour ses attraits physiques et les sentiments intenses que l’on ressent en sa présence.

Or, selon Yvon Dallaire, on ne peut aimer une personne sans la connaître. On peut éprouver du désir, certes, mais pour parler d’amour, il doit y avoir connaissance de l’autre sous son vrai jour.

«Au moment de la passion, je ne suis pas en amour avec l’autre, je suis en amour avec des sentiments, des émotions et des rêves; c’est très narcissique comme sentiment», dit-il.

Dépendance affective

Je suis d’accord avec Richard Martineau lorsqu’il mentionne aussi que les filles qui n’ont pas confiance en elles ont tendance à être plus attirées vers les mauvais garçons qui ne les traitent pas bien. En ce sens, peut-être s’agit-il également d’un problème de dépendance affective.

En général, les filles qui sont dépendantes affectives ont manqué d’amour dans leur jeunesse, en raison d’un parent absent, et cherchent à combler ce manque en s’amourachant – souvent sans le savoir – de partenaires ressemblant à leur parent fautif.

Mauvais choix de partenaire

Elles choisissent par exemple un partenaire indisponible émotionnellement, car cela leur rappelle leur père qui n’était pas là pour elles, et tentent par tous les moyens de conquérir cette personne en vue de récupérer cet amour perdu. Le problème, c’est qu’elles n’y parviendront jamais, choisissant au départ des partenaires qui n’ont pas les capacités de les rendre heureuses.

Selon Robin Norwood, auteure du livre Ces femmes qui aiment trop, ces filles peuvent également choisir un partenaire sadique, froid, distant, abusif ou adoptant tout autre type de comportement négatif leur rappelant le premier contact qu’elles ont eu avec leur parent fautif.

Cela pourrait expliquer pourquoi ces filles ont tendance à tomber entre les griffes de ces séducteurs manipulateurs. Ces derniers leur redonnent la confiance, l’amour et la valorisation dont elles ont besoin pendant un certain temps, pour mieux les manipuler par la suite.

Selon Robin Norwood, la raison qui explique pourquoi ces filles continuent de reproduire le même pattern, c’est-à-dire de s’amouracher de mauvais garçons, est qu’elles n’apprennent pas de leurs expériences malheureuses et continuent de commettre les mêmes erreurs.

Briser le pattern

La seule solution qui existe, pour briser ce pattern malsain, est de prendre connaissance du problème pour mieux le comprendre et de demander de l’aide psychologique au besoin pour y parvenir.

Car, chose certaine, ce n’est pas en choisissant des mauvais garçons que les femmes trouveront le bonheur auquel elles aspirent. Oui, ceux-ci peuvent réussir à les faire vibrer et à les exciter pendant un certain temps – c’est ce qu’on appelle la passion, qui dure tout au plus trois ans, selon Yvon Dallaire –, mais dans le cas des dépendantes affectives, cet amour perdu qu’elles cherchent à récupérer, c’est d’abord et avant tout en elles-mêmes et en faisant la paix avec leur passé qu’elles réussiront à le trouver.

C’est en comprenant que ce n’est pas en s’entichant de partenaires qui les maltraitent ou qui ne les aiment pas en retour qu’elles trouveront le bonheur, mais plutôt en allant vers les bons gars, qui eux, feront de leur bien-être une priorité.

Amour : pourquoi les hommes tombent plus rapidement

0

Je lisais cet article fort intéressant du Elite Daily, récemment, qui explique pourquoi les hommes tombent plus rapidement et plus intensément en amour que les femmes. Eh oui, difficile à croire, mais c’est pourtant ce qu’affirme Marissa Harrison, psychologue à l’Université d’État de Pennsylvanie, qui a réalisé une étude sur 172 étudiants, dans laquelle elle a demandé aux participants s’ils avaient déjà été en amour.

Par Alexandra Roy

Lorsque les sondés répondaient oui, elle leur demandait combien de temps cela leur avait pris pour prononcer à l’autre les mots «Je t’aime». Étonnamment, les hommes ont été plus rapides à déclarer leur amour que les demoiselles. En effet, ceux-ci l’ont fait en moyenne après quelques semaines de fréquentation, alors que les femmes l’ont plutôt fait après quelques mois.

Selon l’auteure de l’étude, plusieurs raisons expliquent pourquoi les hommes tombent plus rapidement et intensément en amour que les femmes. Parmi celles-ci, le fait que toute leur vie, les hommes ont appris à refouler leurs émotions et à ignorer leur besoin d’amour maternel. Cela fait en sorte qu’une fois qu’ils réussissent à combler ce besoin avec l’amour d’une femme, ils ont de la difficulté à y renoncer.

Les hommes sont plus territoriaux que les femmes

Les hommes sont aussi plus territoriaux que les femmes, d’après l’auteur de l’article. Ils sont plus difficiles à attraper, mais une fois qu’ils sont sous l’emprise d’une femme, ils ne démordent pas et deviennent protecteurs. Ils aiment démontrer de la possession et du pouvoir, tout en abandonnant le contrôle de leurs émotions.

Ils ne questionnent pas leurs émotions

Contrairement aux femmes, qui analysent leurs émotions dans le moindre détail, les hommes ne se questionnent pas à savoir pourquoi ils se sentent d’une manière ou d’une autre, ou si leurs sentiments sont trop fous ou trop forts. Ils ne se demandent pas si l’amour qu’ils ressentent est en réalité seulement du désir ou s’ils cherchent à combler un manque affectif ; ils font confiance à leur instinct et se laissent guider par leurs sentiments, tout simplement.

Ils ne sont pas habitués à ressentir une connexion émotionnelle

Tandis que les femmes entretiennent des rapports émotionnels étroits avec leurs amies et les membres de leur famille, les hommes nourrissent des rapports plus froids et formels avec leurs proches. Lorsque finalement, ils réussissent à ressentir une connexion émotionnelle forte avec quelqu’un, en l’occurence une femme, ils ont de la difficulté à la laisser partir. C’est ce qui explique leur intensité plus prononcée lorsqu’ils sont en amour.

Ils veulent être comme leur père, mais ont encore besoin de leur mère

Les hommes veulent être des pères forts et en contrôle comme ceux avec qui ils ont grandi et qu’ils admirent plus que tout, mais au fond d’eux-mêmes, ils sont encore des petits garçons qui ont besoin d’amour et qui désirent que l’on prenne soin d’eux.

Voilà, vous savez maintenant pourquoi les hommes tombent plus vite et plus fort en amour que les femmes, alors si vous êtes la chanceuse qui a réussi à conquérir son cœur, gare à vous, car il risque de ne plus vouloir vous laisser partir !

Pourquoi c’est difficile d’être fidèle selon Monica Bellucci

0
Monica Bellucci at the Women's World Awards 2009 in Vienna, Austria

On cherche souvent à savoir pourquoi les gens sont infidèles en couple. Si les psychologues et les sexologues sont unanimes sur la question : l’adultère survient lorsqu’il y a un manque à combler dans le couple, et ce, que celui-ci soit d’ordre sexuel, émotif ou psychologique, la star du film Ville-Marie et de 007 Spectre, Monica Belluci, pourrait avoir une autre explication.

Par Alexandra Roy

En effet, celle-ci a déclaré dans une entrevue qu’elle trouvait difficile d’être fidèle dans la vie, car il est fort complexe de dénicher une personne qui possède toutes les caractéristiques que l’on recherche, tel que le rapporte cet article, paru sur Canoe.ca.

Je trouve que son commentaire fait parfaitement du sens et que cela explique bien des choses. Une personne peut nous plaire physiquement et posséder deux ou trois qualités que nous apprécions, mais peut-elle vraiment détenir toutes les caractéristiques que nous recherchons, là est la question.

Voilà qui explique peut-être pourquoi certains d’entre nous peinons difficilement à se retenir de ne pas sauter la clôture. Et vous, qu’en pensez-vous ? Pourquoi les gens sont infidèles selon vous ?

 

3 choses importantes à considérer pour trouver le bon partenaire

0

Récemment, je lisais cet article du Elite Daily, qui est apparu dans mon fil d’actualité sur Facebook, et je me suis dit que cela ne pouvait être plus vrai et mieux écrit. Quels sont les éléments à considérer si l’on veut s’assurer de faire le bon choix de partenaire en amour et connaître le succès auquel on aspire? Voici les 3 choses les plus importantes selon l’auteur du texte.

Par Alexandra Roy

Rechercher activement

Comme l’explique Paul Hudson, l’auteur de l’article, il y a un adage populaire qui dit que c’est quand on ne cherche pas qu’on trouve. Eh bien, cela pourrait être vrai, puisqu’en général, on attire plus les autres si on a pas l’air d’être en mode «désespéré, je cherche à tout prix un partenaire», mais en même temps, ne pas regarder activement nous nuit dans notre quête, puisque nous ne sommes pas alertes à 100 %, et donc risquons de ne pas voir les partenaires potentiels qui croisent notre route.

L’auteur affirme que la plupart des gens que nous rencontrons dépendent du facteur chance. Je ne suis pas d’accord avec ce point; je pense plutôt que cela dépend du destin et de qui nous sommes censés rencontrer dans notre vie et que peu importe le fait que l’on cherche ou non, si nous sommes dus pour faire la connaissance de quelqu’un, nous allons le faire de toute façon.

Néanmoins, je considère que garder les yeux ouverts et «assouplir ses critères de sélection», qui sera le sujet d’un prochain article, peuvent nous aider à faire la rencontre du bon partenaire.

  1. Trouver un meilleur ami

L’un des points les plus importants à considérer, lorsque l’on recherche un partenaire de vie, est d’essayer de trouver quelqu’un qui pourra devenir notre meilleur ami. Étant donné que l’on va passer une bonne partie de notre vie avec cette personne, cette dernière doit pouvoir nous apporter toute l’écoute, le support et l’attention dont on a besoin pour être épanoui.

En fait, votre prochain partenaire devrait être celui avec qui vous éprouvez le plus de plaisir, un partenaire de crime, comme l’explique l’auteur de l’article, celui avec qui vous aurez envie d’explorer, de faire des mauvais coups, de voyager et de devenir une meilleure personne.

  1. Trouver un «partenaire»

 Un partenaire ne doit pas être quelqu’un qui nous complique la vie, mais une personne qui la simplifie. Comme son nom l’indique, le partenaire est un allié, un individu qui nous appuie et encourage et qui marche à côté de nous sans entraver notre chemin ou nous empêcher d’avancer. Une personne qui nous aide à atteindre nos buts et réaliser nos rêves. Un partenaire doit être un partenaire, tout simplement.

  1. Trouver quelqu’un qui nous ressemble

S’il est vrai que les contraires s’attirent, à long terme, les contradictions finissent par nous séparer. C’est ce que pensent l’auteur de l’article ainsi que plusieurs psychologues spécialisés en relations de couple.

Les contraires provoquent la passion et une attirance physique très forte sur le coup, mais cette attirance finit par s’estomper avec le temps et les contraires deviennent sources de conflit et de discordance. Si vous voulez faire le bon choix de conjoint, essayez de trouver quelqu’un qui vous ressemble, qui a les mêmes intérêts, qui partage la même philosophie de vie et qui veut les mêmes choses que vous dans la vie.

Un peu de différence peut être bénéfique pour le couple; après tout, vivre avec quelqu’un de trop semblable peut devenir ennuyant à la longue, mais au final, les deux partenaires doivent être similaires et compatibles s’ils veulent que leur couple perdure.

Lire aussi 3 endroits pour rencontrer l’homme de votre vie.

 

 

Amour ou passion : comment distinguer?

0

Lorsque j’écris mes articles, il m’arrive souvent d’interviewer des spécialistes en relations amoureuses. L’un de ceux qui m’a le plus marquée est le psychologue clinicien et auteur Yvon Dallaire avec sa théorie sur l’amour et la passion. Je m’explique.

Par Alexandra Roy

Lorsque j’avais 15 ans, à l’école secondaire, je croyais que j’étais en amour par-dessus la tête avec un garçon que je ne connaissais pas. Tout ce que je savais, c’est qu’il était beau comme un Dieu, qu’il s’appelait Justin (nom fictif) et qu’il était l’amour de ma vie.

Je le voyais dans ma soupe, ne pensais qu’à lui jour et nuit, et étais convaincue que c’était ça, l’amour, qu’il n’y avait que lui sur la terre, qu’il était mon âme soeur, et que si notre union ne fonctionnait pas, plus jamais je ne vivrais une chose semblable.

J’ai eu raison pour ce dernier point, car je n’ai plus jamais revécu quelque chose de similaire. Sauf qu’à cette époque, j’étais à des années-lumière de m’imaginer à quel point mes pensées et mes croyances étaient chimériques.

Une illusion

En effet, des années plus tard, après avoir effectué des recherches sur le sujet, je me rends compte à quel point tout ceci n’était qu’une illusion et qu’en réalité, ce que je prenais pour de l’amour s’avérait en fait être de la passion. Voici comment distinguer les deux.

Vous savez, lorsque vous croisez quelqu’un pour la première fois (ou après) et que vous ressentez des papillons dans l’estomac, que vos genoux se mettent à flancher, que vous perdez vos moyens et que vous vous mettez à rêvasser et à vous imaginer des scènes dignes des plus grands contes de fées avec cette personne?

Eh bien, c’est ça, la passion. Ce sentiment intense qui nous fait vibrer et qui fait en sorte que l’on se sent renaître et flotter et s’imaginer en train de parcourir le monde et de vivre heureux jusqu’à la fin des temps, comme Cendrillon, avec notre prince charmant ou princesse.

Subjugué par la passion, on se croit prêt à tout, même à mourir pour l’être aimé.

Or, ce sentiment, bien qu’il existe, est une illusion, car en réalité, tel que me l’a expliqué Yvon Dallaire, en entrevue : «Au moment de la passion, nous ne sommes pas en amour avec l’autre; nous sommes en amour avec des émotions, des sentiments et des rêves.»

En d’autres mots, nous sommes en amour avec les sentiments que nous éprouvons en présence de l’autre, et non avec la personne elle-même. C’est donc très narcissique comme sentiment.

Le vrai visage de l’autre

Un autre cas auquel je pourrais penser, pour illustrer ce qu’est la passion, est celui d’un amant – un «fling», comme je l’appelais – que j’ai rencontré en voyage et avec qui j’ai vécu deux des plus belles semaines de ma vie.

J’étais convaincue qu’une fois revenus au pays, nous continuerions notre beau conte de fées et que nous formerions un couple solide et heureux jusqu’à la fin des temps, mais tôt ou tard, la réalité a fini par nous rattraper et nous avons découvert le vrai visage de l’autre.

Nous n’étions plus les mêmes amoureux flottant sur notre nuage de voyage pour qui tout autour était merveilleux et idyllique. Nous étions redevenus nous-mêmes, avec nos défauts et qualités, dans notre réalité quotidienne.

Or, c’est précisément à cet instant, lorsque l’on découvre la vraie nature de l’autre, avec ses défauts et qualités, que l’amour véritable est censé naître ou mourir. Tel que l’explique Yvon Dallaire: «L’amour, c’est une décision que l’on prend après avoir découvert l’autre sous son vrai jour.»

Eh bien, le mien est mort dans l’œuf, car en fait, il n’a jamais eu le temps de voir le jour. J’étais trop aveuglée par la passion et subjuguée par les sentiments que j’éprouvais en sa présence. Résultat: cela m’a empêchée de voir mon compagnon sous son vrai jour et de prendre une décision éclairée.

S’engager sans connaître l’autre

Souvent, aveuglés par la passion, nous nous laissons emporter par nos sentiments et nous nous engageons sans prendre la peine de connaître la personne qui se trouve en face de nous. Une erreur, selon Yvon Dallaire.

Nous donnons à l’autre le bon Dieu sans confession, c’est-à-dire que nous nous adonnons à des ébats passionnés, nous nous mettons à emménager chez l’autre et à lui demander sa main; bref à brûler une série d’étapes qui finissent par nous rattraper.

Résultat, nous nous réveillons six mois ou trois ans plus tard, désillusionnés et déçus, et nous croyons être en peine d’amour. Or, la passion dure tout au plus trois ans et donc, les chances sont que ce que vous prenez pour une peine d’amour s’avère en fait une blessure d’égo et d’orgueil.

Pour éviter le désenchantement

Le secret, si vous voulez éviter d’être déçu en amour, c’est de oui, se baser sur l’attirance physique pour choisir son partenaire, car celle-ci est essentielle pour assurer le succès d’un couple à long terme, mais de prendre le temps de connaître l’autre avant de vous donner aveuglément et de vous engager. Car ce n’est pas tout de choisir quelqu’un qui nous attire de l’extérieur; il faut aussi s’assurer que cette personne est compatible et partage les mêmes valeurs à l’intérieur.

Yvon Dallaire conseille de fréquenter l’autre de trois à six mois avant de coucher avec lui. Pendant ce temps, vous pouvez lui faire miroiter à quel point vous êtes un être de plaisir, mais l’idée est de ne pas tout donner d’un coup avant d’être certain que l’autre personne est compatible.

De cette manière, vous éviterez de vous réveiller un beau matin, dans trois mois ou trois ans, déçu, car vous vous êtes rendu compte que le beau prince ou la belle princesse que vous aviez tant cru aimer s’avère en fait être un horrible crapaud ou sorcière avec lequel vous ne pourriez vous imaginer une seconde vivre au quotidien.

Ce phénomène, que l’on appelle le désenchantement, est la cause de 65 % à 80 % des divorces, selon Yvon Dallaire.

3 endroits pour rencontrer l’homme de votre vie

0

En 2015, on rencontre ça où, l’homme de notre vie? En fait, s’il n’y a pas d’endroit infaillible pour être certaine de le trouver, il existe, à tout le moins, des lieux plus propices aux rencontres que d’autres. Voici quelques idées.

Par Alexandra Roy

Au parc

Que vous y alliez pour faire votre jogging matinal ou pour promener votre chien, les parcs sont des endroits propices aux échanges et aux nouvelles rencontres.

Après avoir terminé votre course, arrêtez-vous pour vous reposer sur une table à pique-nique avec un bon livre pour laisser la chance aux garçons qui vous auront remarquée de venir vous aborder.

Si vous remarquez un mec qui vous plaît, notez l’heure à laquelle il s’y trouve et essayez de revenir à la même heure le lendemain et les jours suivants, mine de rien. Qui sait, peut-être finira-t-il par vous apercevoir et par venir vous parler?

Le chien : une arme de séduction massive

Si vous avez un chien, cela sera facile d’engager la conversation avec des inconnus, puisque déjà, plusieurs personnes s’arrêteront pour obtenir des informations sur votre animal de compagnie. Avec un peu de chance, votre adonis fera partie de ce nombre.

Une étude a d’ailleurs démontré que les chiens étaient des facilitateurs de rencontres. En effet, pour les hommes, pitou représente une arme de séduction massive; pour vous, il peut donc s’agir du prétexte idéal pour accoster l’homme de vos rêves en lui demandant le nom de son compagnon de vie (et, du coup, le sien!).

Vous saurez assez rapidement si vous lui plaisez et repartirez peut-être avec son numéro de téléphone.

Sur les sites de rencontres

Ok, j’entends déjà certaines d’entre vous me dire que c’est quétaine, les sites de rencontre – moi, la première, j’y étais réticente jusqu’à ce que je me rende compte du potentiel incroyable de ces plateformes –, mais la vérité est que ces sites vous permettent de rencontrer une foule de candidats que vous n’auriez jamais croisés si vous étiez restée chez vous dans votre salon.

Été comme hiver, vous y trouverez des centaines de candidats potentiels avec qui vous pouvez échanger à toute heure du jour et de la nuit, et ce, sans même avoir à sortir de chez vous. Non seulement vous avez la chance de développer des nouvelles relations amoureuses avec les prospects qui s’y trouvent, mais vous pouvez également vous faire de nouveaux amis, si cela ne fonctionne pas en tant que couple. Les possibilités sont infinies.

Des plateformes comme Reseaucontact.com, Monclasseur.com et, si vous aimez les photos, Tinder, devraient vous permettre de faire des rencontres intéressantes.

Le fait est que plus vous crierez sur tous les toits que vous cherchez l’homme de votre vie, en l’occurrence plus vous serez visible sur les sites de rencontres, plus vous aurez de chances de le trouver.

Dans les activités pour célibataires

Vous êtes célibataire ? Assumez-le et inscrivez-vous à des activités thématiques. Vous serez surprise du nombre de rencontres intéressantes que vous pourriez y effectuer.

D’abord, il y a les voyages organisés pour célibataires ; ici, c’est l’occasion idéale de rencontrer, puisque vous vous trouverez dans un cadre propice à l’amusement, à l’évasion et au laisser-aller, et Dieu sait qu’il s’en noue, des relations amoureuses, en voyage ! Plusieurs agences de voyages organisent régulièrement des activités de ce genre ; renseignez-vous.

Au pire, si cela se termine en « fling de voyage » et que vous finissez par ne jamais revoir votre adonis par la suite, vous aurez au moins eu l’occasion de passer du bon temps sur la plage au clair de lune ou au coucher de soleil. Ce genre d’occasion ne se présente pas souvent dans une vie.

Ensuite, il y a les réseaux sociaux thématiques, tels que Bougex.com et Cookdating.ca, qui permettent aux gens partageant les mêmes intérêts de se rencontrer et d’échanger, tout en s’adonnant à des activités stimulantes. Ça ne coûte rien d’essayer.

Provoquer les choses

La clé à retenir, ici, c’est de provoquer les choses et de ne pas hésiter à multiplier les occasions de rencontrer, car ce n’est pas en restant chez vous, emmitouflée dans votre robe de chambre à broyer du noir – à moins de tomber sur un séduisant facteur qui vient vous livrer votre courrier à domicile, et encore !– que vous allez trouver l’homme de vos rêves.